Le shiatsu et la tradition japonaise

 

Alliez trois bienfaits à la fois : équilibre énergétique, relaxation et bien-être


 

-Définition du shiatsu
-Les Bienfaits
-Le stress
-Apprenez à vous relaxer

Shiatsu (en japonais shi=doigt atsu=pression)

Cette technique de digiponcture (pression des doigts, principalement les pouces), technique développée par des maîtres au japon du début du 20ième siècle, tels que Tokujiro Namikoshi, plus tard par Shizuto Masunaga, a petit à petit gagné ses lettres de noblesse en occident et même en France où sa progression a pris du temps.

Il ne faut pas croire cependant que le shiatsu n’ait pas eu de mal à être pris au sérieux par les instances japonaises, qui rendirent le shiatsu officiel seulement en 1957 avec la définition suivante :
« Le shiatsu est une technique exercée à l’aide des pouces, des doigts et des paumes, sans recours à aucun instrument mécanique ou autre, par application d’une pression au niveau de l’épiderme, afin de corriger les dysfonctionnements internes, d’améliorer et de préserver la santé »

 Au départ, le shiatsu s’inspira de l’anma, associé au massage traditionnel japonais, (certains thérapeutes japonais différencient les deux), lui-même issu de l’anmo et du tuina chinois. Au passage, l’anma, à une certaine époque fût interdit aux praticiens classiques pour être confié aux aveugles. Il survécut probablement grâce à la transgression de cette loi…

Ces deux maîtres parmi d’autres, Shizuto Masunaga et Tokujiro Namikoshi malgré deux approches légèrement différentes du shiatsu, le premier plus proche de la médecine chinoise (importance des méridiens, des cinq éléments, du yin et du yang), le second plus proche des pathologies et de l’anatomie occidentales ont permis d’en faire un formidable instrument, mariant tradition et modernisme (problèmes liés au stress par exemple).